AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
FORUM EN RECONSTRUCTION, RÉOUVERTURE PRÉVUE POUR OCTOBRE

Partagez|

Are you ready for a second round? Sweetheart !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
ANIMATRICE ✰ membre des Kappa alpha thêta
ANIMATRICE ✰ membre des Kappa alpha thêta
Voir le profil de l'utilisateur http://www.we-are-columbia.com/t388-peyton-west-bridgett-satterlee http://www.we-are-columbia.com/t438-peyton-west-l-argent-ne-fait-pas-le-bonheur-mais-il-y-contribues-bien http://www.we-are-columbia.com/t740-peyton-west-554-110-33

Je suis arrivé(e) à New York le : 27/03/2017 . J'ai donné : 364 mails. J'ai : 23 Je gagne : 668
Are you ready for a second round? Sweetheart !, Sam 22 Avr - 0:54




Bartey
Are you ready for a second round ? Sweetheart!


Pourquoi est-ce que tu ne cessais de penser a lui ses derniers jours ? Il y a presque une semaine maintenant que vous vous êtes revus pour la première fois et pourtant il ne t'a pas lâché une seule seconde dans ton esprit. Peut être que la rencontre était tellement, puissante et remplie d'émotions toutes aussi différentes les unes que les autres, mais au fond, tu ne sais pas si ça t'a fais plaisir ou de la peine de le revoir. Une chose est sûr c'est que le jeune homme a changer, bien changer. Oui tu es obligé de le reconnaître, Barton est enfin devenu un homme, car en plus de ça il a prit du caractère. Tu aimes bien, oui car même s'il était pendant des années ton souffre douleur favoris, maintenant tu sens que la roue a tournée et ça te plaît de le voir enfin devenir quelques choses, ne plus être cette pauvre chose qui ne dit rien autre que de baisser la tête et pleurer dans les jupons de sa mère. Non, maintenant il te tenait tête et incroyable soit-il, malgré ses mots dures, tu t'étais amusé. Mais tu n'avais pas non plus envie que cela recommence d'aussi tôt ! Pourtant il est bien là, tu ne cesses de te rappeler le passé. Est-ce qu'avec ta meilleure amie ne seriez-vous pas aller parfois un peu trop loin avec le pauvre jeune homme ? Seulement c'est aussi grâce, ou a cause de vous, qu'il a évolué. Enfin bref, aujourd'hui tu étais seule. Ta mère était pourtant a la maison, enfin à l'hôtel. Du coup tu étais sortie de chez toi, tu étais partie te balader, mais tu n'avais envie de voir personnes. Non tu ne te sentais pas dans ton état. Alors habillé simplement, une jupe montante avec un collant noir, un petit haut de couleur blanc, bref. Tu étais simple, mais toujours aussi parfaite. Soignée et maquillé avec attention. Tu marchais dans les rues de New York, sans savoir quoi faire ni où aller. Tu marchais sans but, pourtant tu avais fais quelques magasins, mais aucune pièce des nouvelles colletions n'avaient foie de te plaire. Puis tu avais hésité a rejoindre des amies, mais non, ça ne te donner pas envie non plus. Donc tu continuais de marcher sans vraiment savoir où aller. Jusqu'au moment où tu regrettes d'avoir tourner dans la mauvaise rue, sur le moment tu n'y a pas penser. Une ruelle sombre que tu connais pourtant bien, tu n'y as jamais eus de problème, sauf que tu n'y passes qu'en pleine journée. Là, le soir était entrain de tomber, petit a petit. Rendant cet endroit plus sombre qu'elle ne l'est déjà. Le ciel n'y aider pas non plus, il était menaçant, grondant d'un orage proche. Tu voulais vite rentrer car tu détestes les orages, tu n'aimes pas la foudre. Tu as peur. Alors tu as fermer un peu ta veste sur ta taille en avançant rapidement, quelques gouttes tombent cependant rapidement. Et une main se referme sur ton bras, surprise tu te laisses entraîner dans le mouvement rapide qui te colle contre un mur froid et humide de la rue. Un peu secoué, tu regardes autour de toi jusqu'à ce que ton regard tombe dans celui de ton assaillant. Ton cœur tambourine et tu essayes de te défaire de l'emprise. Toi la grande gueule, tu ne dis rien. Toi la princesse, tu te fais petite. La peur s'empare de tout ton corps. « Princesse, on est perdue ? » tu demandes d'une petite voix qu'il te laisse tranquille, tu essayes de te débarrasser du gros lourd. Mais non, il te colle encore plus contre le mur, ton crâne frappe a l'arrière, tu as mal. Sauf que tu ne dis rien. Une de ses mains parcours ta taille et relève petit a petit ton haut. Cette fois tu cèdes a la panique et tente de le repousser. Monsieur appel du renfort, deux hommes arrivent, ils puent tous l'alcool. Ils rient, puis pendant qu'un te maintient contre les palets froids, tu commences a couiner de douleur par la main qui te colles avec force, tordant presque tes pauvres poignées. Il vient soudainement déchirer un de tes collant, glissant ses doigts répugnants sur ta peau. Des larmes coulent sur tes joues et se mélangent aux gouttes froides provenant du ciel. Ton haut vole ensuite en éclat, honnêtement tu ne sais pas comment pouvoir te sortir de cette situation, tu ne sais pas si tu vas pouvoir te sortir de la situation.

@Barton A. Holcomb




PeterPan




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

Re: Are you ready for a second round? Sweetheart !, Sam 22 Avr - 2:40

Are you ready for a second round ? + Peyton
Revenant d’être allé prendre un café avec une fille qu’un de tes potes d’université t’a présenté, tu longeait les rues de New-York afin de retrouvé ton petit chez toi, bien douillet. Inutile de lui donner un deuxième rencart, tu n’aimes pas les filles qui ne font que parler d’elle toute la soirée sans même te laisser en placer une. Si tu avais pu te la faire au bout de la ligne sans doute que cela aurait été différent, mais là ce n’est pas le cas. Elle s’était éclipsée après avoir payer son café, puisque tu avais refusé de lui offrir. Tu as eu la brillante idée de lui dire qu’un de tes copains avaient besoin d’un coup de main pour quelque chose. Évidemment, c’est une tactique de fille afin de se sauver d’un rencart abominable, mais là, tu n’en pouvais plus. Pourtant, il était encore tôt pour toi, alors tu avais bien l’intention de te préparer pour sortir en boîte. Lâcher ton fou et penser à autre chose que les journées qui se sont passés depuis ton retour de l’institut. Sortant une cigarette de ton paquet, tu la coinça entre tes lèvres et l’alluma. Inspirant un grand coup, tu laissas les bienfaits de la nicotine envahir ton organisme et détente tous tes muscles sous pression. Tu passas soudainement près d’une petite ruelle peu fréquentée alors que tu entendis la voix d’un homme parler à une demoiselle, d’une façon qui ne présageait rien de bon. Tu t’avanças donc dans la ruelle pour voir ce qui était en train de se passer. Après tout, c’était peut-être un de ces imbéciles qui a pris une gorgée de vodka de trop et qui était en train de parler à un chat de gouttière. Mais non, tu eu la surprise ou l’horreur, c’est selon, de te rendre compte que c’était Peyton qui était dans la merde jusqu’au cou. La connaissant, tu sais très bien qu’elle allait répliquer et l’envoyer chier. Pourquoi pas lui foutre un coup de genoux bien placé comme celui que tu as eu le plaisir d’expérimenté la semaine dernière. Tu attendis donc, mais elle ne disait rien. Devais-tu intervenir? Sans doute que oui, mais tu avais envie de la voir souffrir comme tu avais souffert. Tu regardas un peu le spectacle de dérouler devant tes yeux, jusqu’à ce que deux autres personnes arrivent. Le fait d’avoir sous les yeux, une Peyton démuni, étant incapable de se défendre, ayant mal autant physiquement que psychologiquement, à deux cheveux de se faire violer fit monter directement l’adrénaline en toi. Sans prendre la peine de réfléchir d’avantage, tu arrivas en trompe dans la ruelle criant de la lourde voix : « Si vous la lâcher pas toute suite, j’appelle la police. » L’un des hommes des cavernes se tourna vers toi et te vis qu’il était drogué et très saoul. Tu serais capable de te le faire à toi seul, mais… est-ce que ça valait la peine d’en avoir trois sur le dos pour aller à la rescousse de Peyton? Tu examinas la scène quelque seconde et roula les yeux, avant de t’avancer vers eux, d’un pas rapide. Avec un peu de chance, ils vont quitter cette ruelle sinistre et tout iras bien. Ça ne te dérangerait pas de te battre, mais les trois en maintenant? Heureusement pour toi, celui qui seul au tout début, dit à ses acolytes quelques choses et partir, sans bien sûr oublié d’ajouter à l’intention de Peyton qu’il allait se revoir et que cette fois-ci elle allait y passer. Tu t’avanças donc vers la jeune femme et en remarquant son haut déchiré, tu enlevas ta veste de cuir pour la lui offrir. « Tiens, prends-là et je te reconduit chez toi. Que je te vois refuser. » Qu’elle mette son orgueil de côté.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ANIMATRICE ✰ membre des Kappa alpha thêta
ANIMATRICE ✰ membre des Kappa alpha thêta
Voir le profil de l'utilisateur http://www.we-are-columbia.com/t388-peyton-west-bridgett-satterlee http://www.we-are-columbia.com/t438-peyton-west-l-argent-ne-fait-pas-le-bonheur-mais-il-y-contribues-bien http://www.we-are-columbia.com/t740-peyton-west-554-110-33

Je suis arrivé(e) à New York le : 27/03/2017 . J'ai donné : 364 mails. J'ai : 23 Je gagne : 668
Re: Are you ready for a second round? Sweetheart !, Sam 22 Avr - 3:05




Bartey
Are you ready for a second round ? Sweetheart!


Le cœur battant a tout rompre dans ta poitrine, ton corps tremblant de partout tu avis peur. Tu avais vraiment peur de la suite des événements, car un homme seul tu aurais pus peut être t'en sortir, bien que tu ne sois paralysé par la peur, tu aurais pus essayer de t'en sortir. D'ailleurs tu as malgré tout eus des essaies, des élans de courage, alors que sa main libre était venue sur ta joue, un frisson de dégoût et d'horreur te traverse le corps, tu lui mords la main quand il l'approche de ta lèvre. Ni une ni deux secondes plus ou de moins, son poing c'était violemment abattue sur ta joue, a ce moment même tu savais que c'était finis pour toi car jamais tu ne pourrais t'en sortir seule .Encore moins lorsque trois autres hommes approches doucement de toi, tu trembles encore plus et tu commences a couiner, a chouiner comme une pauvre petite fille ayant perdue son jouet qu'on te relâche. Tes larmes coulent a flot le long de ta peau brûlante, tu fermes les yeux, tu espères simplement que ce cauchemar est bientôt terminer. Cependant ils ne semblent pas en avoir finis avec toi, ils jouent, baladant leurs sales mains sur ton corps. Puis ils déchirent ton bas, tes collants. Pour ne laisser ta peau à l'air nue, un d'eux aventure sa main sur ta peau et tu pleures encore plus. Tu as envie de vomir, tu ne sais pas quoi faire, ni comment faire. Tu ne peux pas hurler a l'aide car aucune parole e semble vouloir sortir de ta bouche, ils restent bloquer. Non tu es simplement a leurs mercis, tu ne peux rien faire. Tu n'en a pas les moyens, la petite princesse de New York n'est pas invincible hélas, loin de là. Puis voilà que le haut blanc finis en charpie sur le sol, un petit son de dégoût passe le travers de tes fines lèvres, quand toute pression sur ton corps disparais soudainement et tu te sens lourdement retombés sur le sol. Toujours les yeux fermés, tu entends une voix cependant dans le lointain de la rue sombre, qui néanmoins se rapproche rapidement de toi. Tu ne sais pas qui, tu ne réfléchis pas, mais tu remercie intérieurement cette personne d'être intervenue. Elle vient tout simplement de sauver ta vie. Peut être que tu ne serais pas morte réellement, mais cela y ressemblerait tout comme pour toi. Tu entends ensuite des pas qui s'éloigne, tu oses alors ouvrir les yeux, et c'est ceux d'un brun étrangement sauvage que tu rencontres, oh oui tu le reconnais. Mais aucune haine, aucune émotion, aucune animosité ne te traverse. A ce moment là il n'est pas ton ennemi ni rien, il est juste celui qui te sauve de la misère. Puis une veste finis par venir réchauffer tes épaules nues. Sa veste en cuir, tu l'écoutes et te redresse sur tes jambes, qui sont toujours aussi tremblante. Tu le regarde quelques secondes avant de baisser les yeux, non là tu n'as aucune fierté, tu n'as aucune envie de lui tenir tête. Il voulait gagner ? Il peut considéré cette faiblesse comme une victoire, mais ce soir tu n'étais en état de jouer les forte têtes avec lui. Alors que vous avancez doucement, toi le regard toujours rivés sur le sol tu lâches d'une voix faible, maintenant que tu as retrouver les esprits. « Merci Barton... » tu renifles un peu, tout de loin être la classe. Toi qu'est toujours si belle et soignée, mais là une fois encore. Tu t'en fous. Puis tu finis par te souvenir de ta mère, oui tu penses a elle. Tu t'arrêtes dans la rue, en secouant la tête, affolé tu plantes tes yeux toujours humides, pleine de faiblesse. « Non... Non, je ne peux pas. Je peux pas retourner a l'hôtel... Si ma mère me voit dans cet état elle va me tuer... » tu n'oses pas imaginer la réaction que Madame West va avoir en t'apercevant dans cette tenue. Juste un soutient gorge, des collants déchirer, du maquillage dégoulinant sur tes joues, bref, une chose qui ne ressemble plus a rien. Si, une dévergondée peut-être.

@Barton A. Holcomb




PeterPan




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

Re: Are you ready for a second round? Sweetheart !, Sam 22 Avr - 21:08

Are you ready for a second round ? + Peyton
Tu ne sais même pas pourquoi tu as attendu avant de prêter secours à Peyton. Probablement parce qu’elle t’a fait des misères tout le long de votre enfance, jusqu’à te pousser à bout de nerfs, mais tout de même. Un peu plus et tu aurais pu être coupable de non-assistance à une personne en danger. Tu es trop magnifique pour faire de la prison, il valait mieux que tu lui viennes en aide. Mais voilà, c’est chose faite désormais et tu allais la reconduire jusqu’à chez elle. Non, tu n’es pas obligé, cependant elle a l’air si déboussolée et si faible que tu t’en voudrais s’il lui arrivait quelque chose alors que tu n’étais pas là. De plus, elle a ta veste de cuir sur les épaules et tu y tiens. Il est hors de question que tu la lui laisse. Imaginez si elle ne te la rendait pas. Tu es certain qu’elle en serait capable. Tu te retournas vers elle et vit qu’elle était en train de trembler comme une feuille. Ce qui est normal après tout. Elle venait de vivre un choc et c’est la pression qui s’échappe. Toute l’adrénaline qu’elle a pu ressentir lors de son agression, parce que oui s’en ait une même s’ils ne sont pas allé jusqu’au bout, est en train de redescendre. Peut-être qu’elle avait simplement froid aussi. Tu fus plus que surpris lorsqu’elle s’adressa à toi tout en te remerciant. Une minute, rembobine le fil, Peyton qui te remercie de quelque chose ? Tu aurais bien envie de lui rire au nez, et lui reprocher d’être pathétique, que ce ne sont que les faibles qui s’excuse, mais tu n’y arrives pas. Non, au lieu de ça, tu arrêtes tout simplement de marcher et tu la prends dans tes bras, comme ça. Et le pire dans tout cela est que tu lui donnas un baiser sur le haut du crâne, laissant ton menton y reposer par la suite. « T’en fait pas, il ne t’arrivera plus rien. » Puis en moins de temps pour le dire, elle commença à paniquer, à te dire qu’elle ne voulait pas voir sa mère accoutrée de cette façon. Qu’elle ne pouvait pas retourner chez elle. Tu devais avouer ne pas trop savoir quoi lui dire. D’ordinaire, tu lui aurais bien dit que vous auriez pu aller faire les boutiques pour qu’elle se trouve un habit plus adéquat afin que sa mère ne soit pas outrée, mais là tout était fermé. « Si tu fermes ma veste un peu plus, ça ne parait pas trop, que tes vêtements sont déchirés. Et je te cacherai le temps que tu ailles dans ta chambre ? Faire diversion ? » C’était le mieux que tu pouvais faire pour l’instant. Sinon, tu pouvais bien lui dire que vous pouvez passer chez toi et que tu pouvais sans doute lui trouver un quelconque habit qu’une de tes conquêtes a oublié, mais tu n’es pas certain qu’elle accepterait. « Et pour ton visage, tu es splendide ainsi. Si t’as un mouchoir je peux t’enlever le surplus qui a coulé et avec un peu de chance, tout ira bien. » Te voilà bien différent de la dernière fois que vous vous êtes vus. Tu ne savais toutefois pas lui proposer autre chose et elle devait faire avec les moyens qu’étaient à votre disposition. Et puis zut, tu pouvais toujours lui proposer : « Sinon, je te prête un vêtement que j’ai chez moi. C’est pas l’idéal, mais il ne sera pas déchiré… À toi de voir. » Tu lui offris un sourire qui se voulait le plus réconfortant possible. Désormais, la balle était dans son camp.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ANIMATRICE ✰ membre des Kappa alpha thêta
ANIMATRICE ✰ membre des Kappa alpha thêta
Voir le profil de l'utilisateur http://www.we-are-columbia.com/t388-peyton-west-bridgett-satterlee http://www.we-are-columbia.com/t438-peyton-west-l-argent-ne-fait-pas-le-bonheur-mais-il-y-contribues-bien http://www.we-are-columbia.com/t740-peyton-west-554-110-33

Je suis arrivé(e) à New York le : 27/03/2017 . J'ai donné : 364 mails. J'ai : 23 Je gagne : 668
Re: Are you ready for a second round? Sweetheart !, Sam 22 Avr - 23:31




Bartey
Are you ready for a second round ? Sweetheart!


Pathétique. Faible. Tu étais tout cela à ce moment même, mais qui réellement pourrais t'en vouloir de te montrer sous une facette aussi faiblarde, tu venais de vivre l'une des pires choses de ta vie, que personne n'a envie de vivre un jour. Tu avais eus peur, plus peur que jamais. Voyant ta vie défiler en seulement quelques minutes, tu avais eus un petit soupire de soulagement lorsque tout cela était terminer, cependant tu aurais sans doute quelques difficultés a oublier cette affreuse journée, de toute façon dès le matin, tu avais sentit que les choses étaient différente, que quelques choses n'allaient pas, comme un sixième sens. Mais jamais tu n'aurais pus prévoir un tel cauchemar, heureusement que Barton est tout simplement arriver pour te sauver, comme un prince vient sauver la princesse aux prises de la méchante sorcière. A cet instant précis tu avais des regrets, d'important regrets sur ta façon d'avoir traiter et humilier le jeune homme par le passé. Pourquoi avais-tu été aussi imbuvable alors qu'il ne le méritait tout simplement pas. Non, ô grand jamais tu n'aurais du agir ainsi, mais le passé est passé, tu ne peux pas revenir en arrière malgré toi. Il t'avait aider, alors qu'il aurait put passer son chemin, faire comme-ci de rien était. Fermer les yeux sur ton appel à l'aide, rien ne l'avait obliger à faire ça. Pourtant il était intervenu, il les avait fait fuir, il t'avait aider a te redresser. Il t'avait donner sa veste en cuir pour te cacher et te réchauffer tout en te proposant, non t'obligeant a te raccompagner jusqu'à chez toi. Tu n'avais rien dis, tu avais hocher simplement la tête en commençant a le suivre pour sortir de cet endroit puant l'horreur, l'alcool et la drogue. Tu étais un peu en arrière du jeune homme, la tête vers le sol laissant tes cheveux glisser sur ton visage et tes épaules, tu le remercias d'une petite voix. Mais les mots n'étaient cependant pas assez fort pour exprimer ton sentiment de remerciement pour le garçon. Tu sentais sa surprise car il s'arrêta en se tournant dans ta direction, un peu surprise tu te stoppes a ton tour. Tu 'attends a ce qu'il se moque de toi, qu'il te rit au nez. Mais rien de ça, non. Il s'approche doucement, puis ses bras viennent entourer ton corps froid et affaiblit. A ton tour tu es plus que surprise de le sentir contre toi, mais ça te fait du bien. Tu te sens bien. Oui rassuré, réconforter au creux de lui, tu viens doucement, timidement poser tes mains dans son dos, car tu ne sais pas trop comment réagir face à ça. Et ses lèvres viennent se poser sur ton front, il essaye encore de te rassurer dans ses mots tout en venant te les murmurer très calmement. Cependant tu paniques, tu cèdes a une partie de ta folie tu penses a ta mère, que va t-elle dire ? Que va t-elle penser de toi de cette façon habiller, des déchirures sur les vêtements, ton haut voler en éclat ? Une fois encore, il te vient en aide essayant de trouver des solutions. D'abord te cacher, faire diversion. Puis allez chez lui pour mettre un haut à lui. Puis tu es de nouveau prise au dépourvue lorsqu'il te complimente ? Oui c'est bien ça. Il te dit que tu es sublime ainsi, mais qu'avec un mouchoir il pourra nettoyer le désordre. Un sourire timide naît sur le creux de tes lèvres, bizarrement tu apprécies ses paroles et sa façon d'être avec toi. Cependant tu ne le mérites pas. Pas venant de lui. Mais tu es également intimidée par la personne qu'il est devenue avec le temps, relevant la tête vers le basané, tu fronces un peu les sourcils, cherchant une once de moquerie ou de tu ne sais quoi dans son regard sombre. Tu demandes perdue « Pourquoi Barton ? Pourquoi est-ce que tu te montres aussi … Adorable avec moi ? Je ne le mérites certainement pas. Je suis une petite peste, une princesse tout le monde le sait. » tu lâches un petit rire moqueur pour toi même, avant de reprendre. « J'ai été une vraie garce avec toi, rien que la semaine dernière. Alors pourquoi ? » demandes-tu sincèrement en plantant ton regard vert dans celui du jeune homme. L'orage gronde violemment dans le ciel et tu sursautes, involontairement tu viens te rapprocher de lui. Rougissant, tu recules un peu de lui, tu ne veux pas qu'il pense que tout es une manipulation, comme la semaine dernière par exemple. Tu murmures a ce dernier « Si tu veux rentrer chez toi va s'y Barton je ne te retiens pas. Tu en as déjà fais beaucoup, je penses pouvoir me débrouiller seule si tu préfères... Et ne t'en fais pas je te rendrais ta veste. » dis-tu avec un petit sourire en coin.

@Barton A. Holcomb




PeterPan




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

Re: Are you ready for a second round? Sweetheart !, Dim 23 Avr - 1:43

Are you ready for a second round ? + Peyton
Pour être tout à fait honnête, tu ne sais pas trop comment te comporter avec Peyton, ce soir. Tu n’as pas envie d’être le connard que tu as été avec elle lors de vos retrouvailles, mais tu n’as pas non plus envie qu’elle croit que tu étais redevenu ce petit bon à rien que tu étais autrefois. C’était un éternel combat qui est en train de se jouer dans ta tête et tu ne savais plus trop comment agir. D’une seconde a l’autre elle pourrait se réveiller de son rêve de victime et t’envoyer chier comme elle sait si bien le faire. Ou pire, te  donner un nouveau coup de genoux bien placé dans ce qui fait de toi un homme. Or, tu n’as en aucun cas envie de rester plié pendant plusieurs minutes, voire heures à te tenir les bijoux de famille, parce que Madame a décidée qu’elle passait ses nerfs une seconde fois ainsi. Donc, oui ce soir tu te montrais aimable, mais avec une petite méfiance envers la demoiselle.

Ne voulant pas trop t’éterniser avec elle afin de ne pas subir les frais de certaine représailles, tu essayas évidemment de trouver une solution à son problème. Mais elle ne semblait pas décidée à te donner son avis sur la question. Avais-tu dis quelque chose de bête pour qu’elle change presque de sujet ainsi? Et pourquoi au juste te demandait-elle la raison de tes agissements ainsi? C’est comme ça que n’importe quel mec ayant une once de coeur devrait se tenir avec une demoiselle. Elle allait sans doute s’apercevoir que oui, tu peux être un vrai con, mais c’est surtout lorsque tu n’es pas maître de la situation ou encore lorsque tu te sens menacé. Sans cela, tu peux être quelqu’un… d’adorable comme elle venait de dire, même si pour toi, il n’y avait rien d’adorable dans ce que tu as fait. Ce n’était que normal. « Dis-toi simplement que je fais une trêve ce soir? J’sais pas Peyton, j’ai pas aimé voir que ces gorilles s’en prenait à toi. J’aurais fait la même chose pour n’importe quelle fille. » Était-ce la vérité? Tu n’en sais rien, parce que toi-même, tu as hésité à lui venir en aide en tout premier lieu. C’est peut-être parce que tu la connaissais alors? Va savoir. « Hey ho Mademoiselle West… Est-ce que la sorcière en toi aurait un coeur? » Te moquas tu gentiment d’elle, pour calmer la tension toujours présente dans l’air noir et orageuse de cette nuit qui s’annonçait bientôt. « Tu sais, ce qui est fait est fait. Je peux pas dire que j’ten veux plus pour le passer. J’vais sans doute peut-être toujours un peu t’en vouloir, mais on peu pas revenir en arrière. » Et ce fut le moment où un coup de tonnerre parcourra le ciel, faisant sursauter la demoiselle en ta compagnie. Tu l’agrippas lorsqu’elle s’approcha de toi, mais la laissa rapidement s’éloigner par la suite. C’était dommage, elle aurait pu rester contre toi un peu plus longtemps, elle est complètement frigorifiée. Tu l’écoutas tout de même te parler, te disant que tu pouvais retourner chez toi, alors que de ton côté, tu roulas des yeux. Elle n’avait donc rien compris, n’est-ce pas. « Si c’est ce que tu veux que je fais, okay, j’vais m’en aller chez moi, mais sache que j’suis pas à l’aise de te laisser seule. Surtout pas avec les autres de tout à l’heure. » Tu te rapprochas de Peyton et lui mis tes deux mains sur ses épaules de sorte qu’elle te regarde une nouvelle fois. Mais tu restas légèrement hypnotiser par ses traits. Même si son maquillage avait coulé elle restait une femme magnifique. Et une femme qui ne mérite pas qu’on la traite comme tu la traiter la semaine dernière, même si elle a pu être la pire connasse avec toi, avant. « Sache que même si tu veux que je te laisse seule, je vais rester un peu plus loin pour t’avoir à l’oeil. Et penses-tu sincèrement que je vais te laisser marcher jusqu’à chez toi, à moitié nue, sans faire quoi que ce soit? Si ça peut te rassurer, je vais pas te sauter dessus… Même si ça n’est pas l’envie qui manque! » Cette dernière phrase avait été surtout dite pour lui redonner confiance en elle, mais il avait une grosse part de vérité aussi. « Regarde toi, même délabrée, tu restes magnifique. Alors arrête de discuter et on va te donner un air présentable pour ta mère et ça fini là. » Tu arrêtas de lui tirer des fleurs pour ne pas qu’elle croit qu’elle pense que tu en faisais trop. Toutefois, tout ce que tu voulais pour l’instant, c’est qu’elle te fasse confiance. Tu n’es pas ces gorilles de tout à l’heure et jamais tu ne lui ferais faire quelque chose qu’elle ne veut pas. Et jamais tu ne tirerais avantage de la situation non plus. Elle n’avait rien à craindre de toi.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ANIMATRICE ✰ membre des Kappa alpha thêta
ANIMATRICE ✰ membre des Kappa alpha thêta
Voir le profil de l'utilisateur http://www.we-are-columbia.com/t388-peyton-west-bridgett-satterlee http://www.we-are-columbia.com/t438-peyton-west-l-argent-ne-fait-pas-le-bonheur-mais-il-y-contribues-bien http://www.we-are-columbia.com/t740-peyton-west-554-110-33

Je suis arrivé(e) à New York le : 27/03/2017 . J'ai donné : 364 mails. J'ai : 23 Je gagne : 668
Re: Are you ready for a second round? Sweetheart !, Dim 23 Avr - 20:33




Bartey
Are you ready for a second round ? Sweetheart!


Il parle dans ses mots d'une trêve, il te dit que ce soir rien n'est pareil que de toute façon il ne pouvait tout simplement pas te laisser de cette façon aux mains de ses hommes aussi sauvages que des gorilles. Très honnêtement tu es heureuse de l'entendre dire ses mots, cela te rassure. Car malgré tes actes, tes actions avec ce dernier il ne t'en a pas tenue compte et pourtant il en a des raisons de le faire, il pourrait vraiment t'en vouloir, te détester. Oui il aurait du, mais il ne t'a pas laisser non, rien, il est venue a ta rescousse en les faisant fuir. Il t'explique que c'est quelques choses de normal, qu'il serait venue en aide a n'importe qui, mais non, toi tu es cette petite peste, cette petite garce qui n'a eus aucun remord a le descendre en flèche, a lui en faire voir de toutes les couleurs, rien que la semaine dernière tu n'as pas hésiter a lui en foutre dans les dents, sans aucune pitié. Il est maintenant là face a toi tout en essayant de te rassurer sur ta petite panique, il essaye de te calmer tout en donnant plusieurs possibilité, puis il te taquine te laissant un petit sourire sur le coin des lèvres. Oui vous avez besoin de rire l'un et l'autre, le besoin de détendre l'atmosphère « Oui sorcière West elle a un cœur je t'assure... je sais que c'est surprenant » dis-tu en riant un petit peu, ta voix si faible tes mots si lourd de tristesse malgré ta tentative de rire avec lui, cependant tu ne dis plus rien, tu restes attentive a ses mots. Tu es proche de lui pourtant et encore un peu plus lorsque l'orage vient gronder au-dessus de vos têtes et au même moment tu sautes à ses côtés, il est prêt a agripper pour te garder entre ses bras, mais tu n'es pas très rassuré et tu ne veux pas te montrer un peu trop collante avec le jeune homme tu as donc eus un premier réflexe de te reculer du brun. Puis tu plonges ton regard dans le sien, tu rougis de nouveau à ses mots. Il te complimente, il tente de remonter la confiance, l'estime que tu avais pour toi même. Tu souris de nouveau en l'écoutant avant de te rapprocher du garçon, tu attrapes sa main dans la sienne dans un mouvement un peu timide, tu la serres dans la tienne. « Barton vraiment merci. Pour être venu, mais également pour ce que tu me dis, il y a longtemps que je n'avais pas entendu des mots aussi... doux ? » tu ris un peu timidement en replaçant une de tes mèches de cheveux en arrière dans un mouvement timide, oui tu es intimidée par le garçon, mais bizarrement tu te sens également assez bien en sa compagnie, tu te sens en sécurité avec lui. Tu t'approches de nouveau de lui, vous n'êtes qu'à quelques centimètre. Tu plonges encore tes yeux dans le siens, les yeux brillants, une sensation étrange s'empare de tout ton corps, une certaine chaleur. Puis ta tête s'approche de la sienne, une main vient se glisser sur sa joue en le regardant toujours d'une tendresse qu'il ne connaît sans doute pas, puis tes lèvres s'approchent des siennes, mais non tu ne viens pas directement l'embrasser. Tu les poses sur sa joue, un baiser encore une fois, très doux et tendre. Tu caresses de tes doigts sa peau, serrant un peu plus sa main dans la tienne. Restant pendant plusieurs minutes le jeune homme avant de finalement reculer, tout en gardant sa main dans la tienne. « On va directement rentrer chez moi, avec ce mauvais temps je n'ai pas trop envie de traîner... Je vais essayer de garder la veste bien fermer, puis peut être que ma mère est sortie. » dis-tu avec un nouveau sourire sur le coin des lèvres avant de repartir en marche vers la sortie de la ruelle, gardant la main de barton dans la tienne. Alors que vous commencez a marcher, tu restes bien a ses côtés alors que l'orage gronde de nouveau, tu n'as pas aussi peur que ça, car tu n'es pas toute seule. Puis alors que vous êtes entrain d'avancer, tu te mets à sa hauteur en le regardant pour venir le taquiner « Alors comme ça tu as envie de me sauter dessus ? » tu souris, un peu moqueuse, mais rien de méchant bien entendu, tu veux juste changer de sujet, détendre l'atmosphère.

@Barton A. Holcomb




PeterPan




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

Re: Are you ready for a second round? Sweetheart !, Lun 24 Avr - 19:12

Are you ready for a second round ? + Peyton
Tu dois avouer que là, tout de suite, tu ne sais plus du tout ce qui est en train de se passer. Peyton est aimable avec toi pour la première fois de sa vie. Tu te demandes bien la raison de son soudain changement d’humeur en ta présence. Est-ce parce que tu l’as sauvé d’un état de choc ou bien est-elle à l’opposé de ce que tu croyais qu’elle était ? De plus, elle attrape ta main, tandis que tu les regarde, sans dire quoi que ce soit. Déboussolé ? Peut-être un peu, en effet. C’est ridicule, tu le conçois, mais c’est ainsi. Si quelqu’un t’avais dit ce matin que tu allais entretenir une relation semblable à de l’entente avec Peyton West, tu aurais rigoler à t’en briser les cordes vocales. Mais voilà, que tout était vrai. Devais-tu en profiter avant qu’elle se réveille, avant qu’elle se rendre compte que tu es le Barton d’avant caché sous une carapace froide et maître de ses émotions ? Totalement, oui ! Tu ne fis que lui sourire sincèrement lorsqu’elle te remercias une seconde fois et tout ton corps se figeas. En fait, tu eu plus l’impression que cette scène se passa au ralenti. Elle s’approcha de toi et déposas doucement sa main sur ta joue. Vous regards ne se lâchais plus et tu avais même de la difficulté à lui sourire. En fait, tu ne lui souriais plus. Non, tu devenais troublé par la proximité de vos visages rendus très près l’un de l’autre, jusqu’à ce que ses lèvres bifurquent jusqu’à ta joue. Un soupire de soulagement ? Peut-être de déception sortie de tes lèvres sans même que tu ne puisses le retenir. Tes yeux se fermèrent d’eux-même lorsqu’elle caressas de ses doigts la peau de ton visage. Tu t’aperçus alors, parmi toute l’agitation de ton corps qu’elle tenait toujours ta main dans la sienne. Et pourtant, tu fis glisser une main derrière le bas de son dos pour l’approcher de toi, ne sachant en aucun cas la signification de ce geste. Avais-tu besoin de te certifier, te prouver que tout était bien réel en ce moment ? Ou était-ce simplement un autre moyen bien à toi d’essayer de lui donner toute la confiance nécessaire ? Tu n’en a pas la moindre idée, bien qu’une chose soit certaine… tu étais plus que bien à ses côtés. Collés l’un à l’autre, la pluie commençant à tomber sur vos corps en une toute petites brumes.

Lorsqu’elle se recula finalement de toi, elle avait toujours ta main dans la sienne et te regarda tout en t’annonçant qu’elle voulait tout de suite se rendre chez elle. C’était une bonne idée, selon toi, puisqu’elle sera enfin débarrasser de ces vêtements honteux qui lui collaient à la peau ainsi que le stresse de tomber nez à nez avec sa mère. « Pas de problème. Et je repartirai, lorsque je serai certain que t’es en sécurité. » Tu lui fis un clin d’oeil avant de commencer à marcher, en direction de l’hôtel ou loge les West. Main dans la main, vous avez commencer à parcourir quelques mètres, jusqu’à ce que tu faillis t’étouffer lorsqu’elle te taquinas sur ce que tu lui a dit, plus tôt. Toujours aussi confiant, du moins comme tu étais capable de l’être, tu bombas presque le torse avant de lui annoncer : « Quel homme ne serait pas honoré de partager les draps avec toi, miss West ? J’vais arrêter de te complimenté puisque tu vas trop t’y habituée, mais… T’es une belle femme, peu importe comment t’es. Ceux qui prétendent le contraire, son aveugle, c’est tout. » Tu gardas sa main bien dans la tienne tout de même, tout en tirant légèrement sur son bras pour que vous continuer à marcher. Tu ne savais pas trop quoi lui dire tout le long du chemin, mais une arrivés à destination tu la stoppas te la fit retourner vers toi. « Attends ! » Tu lâchas sa main et approchas tes pouces de son visage pour enlever le plus de mascara qui avait coulé et pris une attention particulière à la veste pour être certain qu’elle cachait le plus gros du dégât. « T’es prête ? Si tu veux que j’men ailles, tu le dit et je vais disparaître. » Un autre geste tendre qui ne te ressemble pas du tout, mais bon… peut-être que l’ancien Barton refait surface de temps à autres.  
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Are you ready for a second round? Sweetheart !,

Revenir en haut Aller en bas
Are you ready for a second round? Sweetheart !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Aristide Says He Is Ready to Return to Haiti, Too
» Former Crack Cocaine User to the Second Round of Haiti’s Fraudulent Election
» 5eme ROUND
» you here to finish me off, sweetheart ?
» TITAN ROUND II

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WE ARE COLUMBIA ::  :: ✰ FLASHBACK & FLASHFORWARD-
Sauter vers: