AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
REJOINS-NOUS ICI

Partagez|

petite erreur, lourdes conséquences. (mackden)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
avatar
DUO DU MOIS ✰ membre des bêta thêta pi
DUO DU MOIS ✰ membre des bêta thêta pi
Voir le profil de l'utilisateur http://www.we-are-columbia.com/t229-mackenzie-clarkson-camila-morrone http://www.we-are-columbia.com/t420-let-me-love-mackenzie http://www.we-are-columbia.com/t428-mackenzie-clarkson-554-269-72#3220

Je suis arrivé(e) à New York le : 25/03/2017 . J'ai donné : 538 mails. J'ai : 22 Je gagne : 993
Re: petite erreur, lourdes conséquences. (mackden), Mar 11 Avr - 13:33






jaden & mackenzie


“ L'amour vit l'instant présent, ne se retourne pas sur le passé ni ne s'inquiète de l'avenir. L'amour c'est maintenant ! ”

Ce sont ces moments-là qui me manquent. Lorsque tout va pour le mieux. Lorsqu'on arrive à être proche l'un de l'autre sans pour autant se détruire mutuellement. Les petits moment simples, de bonheur, où l'on est sur la même longueur d'ondes, où l'on ne se dispute pas pour x raisons. Ils ont été nombreux mais, lorsqu'il a décidé de tirer un trait sur ma petite personne, lorsqu'il a couché avec cette fille alors, j'ai décidé de les oublier. Tout ce que j'arrivais à retenir de notre relation, c'était la souffrance, les mensonges, la trahison et le mal qu'il avait pu me faire. En venant m'installer ici, à New York, je décidais de les enterrer à leurs tours. Je ne voulais plus souffrir comme j'avais souffert, je voulais oublier ces moments difficiles. Mais ils sembleraient qu'il soit plus persistant. C'est toujours plus facile d'oublier ce qu'on a envie d'oublier. Oublier l'amour pour laisser place à la haine, à la colère, à la déception. Ces choses-là quant à elles sont plus tenaces que ce que je m'étais imaginée. Demain sans doute reviendront-elles au galop. Pour le moment, j'arrivais à les oublier, elle aussi. C'est comme si je reprenais tout depuis le début. Comme si rien ne s'était passé avec Jaden. Je le voyais alors comme le meilleur ami de Maddox, celui qui venait à la maison pratiquement tous les jours et qui me faisait craquer malgré moi, celui qui arrivait à me faire sentir différente, l'interdit pour ainsi dire. Alors, j'oubliais tout et je profitais juste de l'instant présent sans penser à demain. Demain matin, lorsque l'alcool se sera estompé, lorsque toutes mes facultés seront réveillées et que je pourrais penser par moi-même... Pour le moment, ce n'est pas le cas. Je fais ce dont j'ai envie sur le moment, je ne réfléchis pas, je ne pense pas à quoique ce soit d'autre si ce n'est ce qui est en train de se passer à ce moment précis de la soirée.

Alors, il dit pouvoir me faire danser toute la nuit si je le veux. Il me dit être prêt à se plier à mes moindres désirs pour ainsi dire et, ça me fait sourire. Je ne veux pas passer ma nuit à danser. Je veux pas passer des heures à effleurer ses lèvres pour attirer son attention, pour lui donner envie de rester avec moi. Non, je veux plus que ça. Je veux que son souffle se mêle au mien, que les battements de son coeur se calent au même rythme que les miens, que nos corps ne fassent plus qu'un, qu'il n'ait d'yeux que pour moi et que toutes ces sensations prisonnières de mon corps puissent enfin s'exprimer.

Je me retourne, je danse, je me colle à lui et je ferme les yeux. Je bouge au rythme de la musique qui ne devient qu'un simple murmure à mes oreilles. Et ses mains posées sur moi bourdonnent dans ma tête et celle-ci crie de ne pas arrêter, de ne jamais mettre fin à ce moment. Or, les mots se sortent pas car ils n'ont pas besoin d'être dit. Mon corps parle pour moi en venant se coller davantage à son torse alors que mon coeur rate un battement et crève d'envie de sortir de ma cage thoracique pour avoir davantage d'oxygène. Son compliment m'arrache un léger sourire et je mords la lèvre inférieure pour ne pas rire. Ce genre de choses, c'est comme le vélo, ça ne s'oublie pas. Beaucoup de choses ne s'oublient pas d'ailleurs et se perfectionne avec le temps, avec l'expérience.

" Ce n'est pas le genre de choses qu'on oublie... et puis, tu serais surpris de voir la façon dont je sais manier mon corps ! "

Je tourne légèrement la tête pour observer sa réaction tout en haussant les sourcils, sourire aux lèvres. Provocation ? Sous entendus ? C'est lui qui a commencé ! Je balance mes cheveux sur le côté pour pouvoir bouger plus aisément et il en profite pour poser ses lèvres contre la chair de mon cou, me laissant échapper un léger soupire tandis que ses mains viennent se poser contre mon ventre, m'obligeant à rester toujours plus proche de lui. Je penche légèrement la tête pour lui offrir plus d'espace et son souffle chaud contre ma peau devient une véritable bouffée d'oxygène dans cet endroit désormais trop étroit, trop bruyant, trop sombre. Ma respiration s'emballe et mes mots ne sont plus que chuchotement comparés à la musique qui englobe la pièce tout entière.

" Continue... S'il te plaît... "

HANSKA.


PRINCESS M ✰ So baby pull me closer in the backseat of your Rover That I know you can't afford Bite that tattoo on your shoulder Pull the sheets right off the corner Of the mattress that you stole© endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
DUO DU MOIS ✰ membre des lambda nu
DUO DU MOIS ✰ membre des lambda nu
Voir le profil de l'utilisateur http://www.we-are-columbia.com/t546-jaden-howard-bailey-sondag http://www.we-are-columbia.com/t695-so-baby-pull-me-closer-in-the-backseat-of-your-rover-jaden http://www.we-are-columbia.com/t702-jaden-howard-554-619-135#7125

Je suis arrivé(e) à New York le : 30/03/2017 . J'ai donné : 278 mails. J'ai : 25 Je gagne : 800
Re: petite erreur, lourdes conséquences. (mackden), Mar 11 Avr - 14:15






mackenzie & jaden


“ L'amour vit l'instant présent, ne se retourne pas sur le passé ni ne s'inquiète de l'avenir. L'amour c'est maintenant ! ”

Elle semble apprécier le moment tout autant que moi, elle semble le vivre du plus profond de son être. Son corps ondulant contre le mien, ses yeux à moitié fermés, sa respiration  un coup haletante, un coup silencieuse. On est réellement comme dans un autre monde, comme dans une autre bulle, tous les deux. Bulle impénétrable, bulle incassable, bulle invincible. Comme si rien ne pouvait nous atteindre, nous toucher. Comme si on retrouvait en un claquement de doigts la sensation d'être plus fort ensemble, de ne faire qu'un. C'est ça qui me rendait vivant avec elle, ça qui me faisait me sentir un autre homme. C'est pour ce genre de sensations que j'ai été prêt à bafouer ce pacte avec Maddox, à aller contre les désirs de mon meilleur ami. C'est le manque de ce genre de sensations qui m'a fait quitter Hampton pour la rejoindre. Je n'ai pas fait ça pour rien. Je n'ai pas tout quitté pour rien. Je ne sais pas ce qu'il se passera demain mais je sais déjà que cette soirée m'empêchera à tout jamais de regretter mon choix de l'avoir suivi.

" Je sais parfaitement comment tu manies ton corps... Et ça manque. "

Ca manque. Ca me manque. Tu me manques, Mackenzie Clarkson. Un vrai manque. Le manque qu'on ne contrôle pas, le manque qui vient s'infiltrer sans permission dans votre vie et qui n'est pas prêt à baisser les armes. Alors je suis à la lettre sa demande. Elle veut que je continue. Elle me demande de continuer. Elle me supplie presque de continuer, me laissant libre accès à son cou, à ses courbes, à son corps tout entier. Elle est entre mes mains, elle s'abandonne à moi. Et j'ai ce devoir d'en prendre soin, d'y faire attention, de la manière avec précaution comme si elle était une pierre précieuse qu'on pouvait m'enlever d'un moment à l'autre pour mauvais traitement. Je refuse qu'on me l'enlève encore une fois. Je ne dis pas tout ça, surtout pas à elle mais j'ai espoir que ce soir, par mes actes, par mes gestes, par mon attention pour elle, elle comprenne que je ne joue pas. Je ne joue plus. Pas dans ce genre de situation, pas avec elle.

Alors mon corps continue de se mouvoir au rythme des musique, des nombreuses musiques, contre elle. Mes mains qui caressent la moindre parcelle de sa peau accessible, mes lèvres qui semblent ne faire plus qu'un avec son cou, avec sa nuque. Mes dents viennent à leur tour titiller ce petit bout de peau à l'odeur envoutante. Son odeur, bordel. Elle me plait toujours autant cette odeur. Puis je finis par remonter une main le long de son corps, frôlant son ventre, sa poitrine, son buste, la naissance de son cou du bout des doigts. Main qui finit par se poser sur le visage de Mack, sur sa joue, pour lui faire tourner son regard de braise vers moi.

" Et toi laisse moi faire... "

Dans un murmure, dans un dernier souffle, avant de venir réduire à néant cet espace entre nous. Les regards, les caresses, la danse ont fait leur travail et bien plus encore. J'attends ce moment depuis des semaines, et encore plus depuis mon arrivée ici. Depuis que je l'imagine avec un autre. Depuis que je la vois me haïr. Depuis que je sais que je suis en train de la perdre. J'attendais tellement ce moment. Ce moment fort, puissant, passionné, fougueux, tremblant, où mes lèvres allaient de nouveau s'unir aux siennes. Ma poigne se referme sur son visage comme si je voulais l'empêcher de s'envoler. Je sens mon corps tout entier flancher face à ce baiser, mon corps faiblir. Comme une décharge électrique, comme des électrochocs, comme des pulsions incontrôlables. Moi non plus je ne veux pas que ce moment s'arrête...


HANSKA.


"nobody else above you"
i hate you i love you, i hate that i love you. don't want to, but i can't put nobody else above you. i hate you i love you, i hate that i want you. you want her, you need her. and i'll never be her...♛ by endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
DUO DU MOIS ✰ membre des bêta thêta pi
DUO DU MOIS ✰ membre des bêta thêta pi
Voir le profil de l'utilisateur http://www.we-are-columbia.com/t229-mackenzie-clarkson-camila-morrone http://www.we-are-columbia.com/t420-let-me-love-mackenzie http://www.we-are-columbia.com/t428-mackenzie-clarkson-554-269-72#3220

Je suis arrivé(e) à New York le : 25/03/2017 . J'ai donné : 538 mails. J'ai : 22 Je gagne : 993
Re: petite erreur, lourdes conséquences. (mackden), Mar 11 Avr - 15:22






jaden & mackenzie


“ L'amour vit l'instant présent, ne se retourne pas sur le passé ni ne s'inquiète de l'avenir. L'amour c'est maintenant ! ”

Il est là, à mes côtés et le temps semble s'être arrêté. J'aime avec le contrôle sur ma vie, plus particulièrement lorsqu'il est question de sentiments. A cette heure-ci, c'est moi qui décide du moins, c'est ce que je pense. En réalité, c'est surtout l'alcool qui parle et qui me fait agir ainsi. Jaden qui débarque de nulle part et éloigne tout ceux qui osent se trouver dans mon champ de vision. Il débarque et je cours dans ses bras comme si c'était ce que j'avais toujours voulu. J'en oublié qu'il y a deux jours à peine, je lui aurais offert un billet d'avion pour retrouver tout droit à Hampton si je savais qu'il l'aurait accepté. Il y a deux jours, j'aurais pu lui balancer toutes les pires horreurs, j'aurais pu lui jeter tout ce que je trouvais à porter de mains juste pour le voir s'éloigner de moi, de ma vie tout entière. Ce soir, c'est volontiers que je le laissais entrer dans ma bulle. Je l'incluais dans mes plans pour la nuit et je ne voulais pas le voir partir sans moi. J'avais besoin de lui autant que je ressentais le besoin de respirer pour vivre. Il était ma bouffée d'oxygène, ma raison alors que tout semblait complètement déconner dans mon cerveau.

Et ça me manque. Oui Mack, tu lui manques. Je lui manque. Toute notre relation lui manque. Parce qu'il sait qu'il ne trouvera pas quelqu'un comme moi. Quelqu'un qui accepte ses excès de colère et ses sauts d'humeur. Quelqu'un qui accepte son sale caractère et ses idées tordues. Quelqu'un qui accepte de se faire traiter comme une chose et qui restera à ses côtés même s'il est incapable de laisser transparaître le moindre sentiment. Pour moi, cette phrase veut dire beaucoup parce que Jaden, c'est pas le genre de mec qui dit ce qu'il ressent, juste ce qu'il pense. Jamais depuis notre séparation il a osé me dire que je lui manquais, que note histoire lui manquait. Non, c'était sa fierté qui en prendrait un coup. Ce soir, j'ai peut-être une chance de savoir ce qu'il pense réellement et ce, même si je ne suis pas certaine de me rappeler de ses propos demain matin.

" Je t'ai manqué...? "

J'ose le demander parce que je me trouve dos à lui et que je me dis que ça sera peut-être plus facile pour lui de me l'avouer s'il ne m'a pas en face à face. Je lui demande tandis que ses lèvres continuent de parcourir ma nuque, entremêlé à quelques coups de dents qui me font frisonner et sourire à la fois. C'est comme si les derniers mois n'existaient plus, que rien n'avait changé entre nous, qu'on s'aimait comment au premier. Je ne veux pas que ce moment s'arrête et ce, même si je sais que je vais le regretter par la suite. Finalement, je n'ai pas eu le contrôle bien longtemps, je ne réponds plus de rien et je le laisse prendre l'avantage. Il me demande de me laisser faire et je hoche doucement de tête de haut en bas. Je sais qu'il n'attend pas mon approbation, mon autorisation mais, je tiens tout de même à lui montrer qu'il l'a. Aujourd'hui, il l'a. Il m'a.

Je me tourne face à lui. Mes yeux, mes pupilles dilatées se perdent dans son regard et la chaleur de ses lèvres vient s'écraser contre les miennes qui s'accrochent à elles comme à un dernier espoir. L'aboutissement de plusieurs heures à se chercher mutuellement, à se toucher et se rapprocher. Ce baiser qui comme une décharge vous ramène à la réalité, les pieds sur terre. Ce baiser qui est tellement fort parce qu'on s'est détestés, arrachés, détruits pendant plusieurs mois maintenant. Ce baiser qui veut dire s'il te plaît Mackenzie, pardonne-moi, tu vois bien qu'on est fait l'un pour l'autre. Et ce soir, j'ai envie d'y croire. Mes lèvres en redemandent, mon corps en veut toujours plus. Je comprends qu'il est temps de le lâcher seulement au moment où je commence à manquer de souffle et alors, je me détache à contre coeur, un léger sourire illuminant mon visage. Ma main joue avec ses cheveux tandis que l'autre caresse délicatement sa nuque et je me dresse sur la pointe des pieds pour lui murmurer à l'oreille :

" Je veux rentrer... "

Je lui mordille doucement le lobe de l'oreille avant de plonger mon regard dans le sien, les paupières battantes, le sourire aux lèvres. Je veux rentrer avec toi. Je veux pas que tu me laisses. Pas ce soir, tu me l'as promis. Je sais que mine de rien, il va finir par accepter, que je n'aurais pas besoin de le supplier.

HANSKA.


PRINCESS M ✰ So baby pull me closer in the backseat of your Rover That I know you can't afford Bite that tattoo on your shoulder Pull the sheets right off the corner Of the mattress that you stole© endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
DUO DU MOIS ✰ membre des lambda nu
DUO DU MOIS ✰ membre des lambda nu
Voir le profil de l'utilisateur http://www.we-are-columbia.com/t546-jaden-howard-bailey-sondag http://www.we-are-columbia.com/t695-so-baby-pull-me-closer-in-the-backseat-of-your-rover-jaden http://www.we-are-columbia.com/t702-jaden-howard-554-619-135#7125

Je suis arrivé(e) à New York le : 30/03/2017 . J'ai donné : 278 mails. J'ai : 25 Je gagne : 800
Re: petite erreur, lourdes conséquences. (mackden), Mar 11 Avr - 21:33






mackenzie & jaden


“ L'amour vit l'instant présent, ne se retourne pas sur le passé ni ne s'inquiète de l'avenir. L'amour c'est maintenant ! ”

Ca te suffisait pas que je te dise que cette sensation m'avait manqué ? Il faut que je t'en dise plus ? Tu tiens vraiment à me sortir les vers du nez ? T'es une chieuse Clarkson, jamais satisfaite, jamais contente. Et pourtant tu sais que ça a déjà été une épreuve pour moi de sortir le mot manque de ma bouche. Une vraie épreuve. Une épreuve face à moi même et tu en veux encore plus. Mais en même temps, je ne peux pas reculer maintenant, je ne peux pas tout gacher maintenant. Tu m'en voudrais, je m'en voudrais et on aurait fait tout ça pour rien. J'suis têtu, fier et borné mais pas idiot à ce point là... Même si on pourrait s'y attendre.

" Plus que ce que tu imagines... "

Je lance ces mots à son oreille, la gardant encore un peu dos à moi, préférant éviter son regard à ce moment là. Laisse moi digérer, laisse moi accepter, accepte de ton côté et rentre toi bien ces quelques mots en tête. Oui, elle m'a terriblement manqué. Bien plus que ce qu'elle imagine et même que je pouvais moi-même imaginer. Je n'aurai jamais cru être autant attaché à elle, je n'aurai jamais cru que la perdre me ferait autant de mal. Et pourtant. Encore une fois où je m'étais lamentablement trompé. Mais ce soir j'espère rattraper les choses, j'espère remonter dans son estime, j'espère me faire en quelques sortes pardonner. Je veux lui faire ressentir de nouveau ce qu'elle ressentait avec moi, ce qu'on ressentait ensemble, ce pourquoi on était ensemble, tout simplement. Et ça semble marcher. Je le sens dans ce baiser qu'on échange, dans ce souffle court qu'on  a tous les deux, dans cette poigne à la fois féroce et douce qu'elle peut avoir dans mes cheveux et sur ma nuque. Féroce comme pour me retenir, douce comme pour me faire comprendre ce qu'elle ressent. Paradoxe. Voilà comment il faudrait nous décrire. Nous sommes des paradoxes ambulants. Des paradoxes aimantés. Exactement. Des paradoxes aimantés qui vont visiblement finir la soirée et la nuit ensemble. Je ne peux m'empêcher de décrocher un sourire face à sa proposition ou plutôt sa demande. Elle veut rentrer et je lis dans ses yeux qu'elle ne veut pas rentrer seule. C'est clair comme de l'eau de roche. C'est limpide. Et ça me plait.

" Alors on rentre... "

Avant de lui voler rapidement ses lèvres une fois de plus. Parce qu'elle m'a manqué. Parce qu'elles m'appellent, ses lèvres. Parce qu'elle est comme une drogue pour moi, comme une drogue dont je n'ai pas réussi à me sevrer et qu'on m'autorise enfin à consommer. J'étais en plein sevrage et Dieu sait que ça peut être violent un sevrage... On finit par sortir tous les deux de la boite, moi l'attirant en attrapant sa main jusqu'à retrouver une bouffée d'air frais à l'extérieur. Comme par peur de la perdre, je l'attire contre moi et lui lance, sans hausser la voix pour la première fois de la soirée :

" Tu connais mon romantisme légendaire hein... On va rentrer en Uber. "

Bah quoi ? De une, je ne suis pas chez moi et j'ai eu un peu de mal à mettre la bagnole dans l'avion. De deux, j'ai pas encore eu le temps et les moyens d'acheter un scooter. De trois, Maddox est parti avec sa voiture ce soir, j'étais pas censé sortir moi... Et encore moins retrouver sa sœur. Oh d'ailleurs. Merde.

" Prête à m'faire rêver avec ta chambre de bonne ? J'ai pas franchement envie de croiser Mad ce soir... "

A la fois taquin par la description de sa chambre qu'honnête par mes révélations concernant le frangin de la blonde. Je n'ai pas envie de le croiser en passant la porte de l'appartement. Je n'ai pas envie de faire face à son regard, à ses poings, ou à sa morale. Je ne veux pas gâcher cette merveilleuse soirée. Je veux que rien ne gâche ce moment. Il ne me faut pas longtemps pour appeler un chauffeur - dis donc, ils sont rapides les new-yorkais, fallait pas être pressé  à Hampton - et nous voilà en route, au chaud, direction les chambres universitaires. Je préfère mille fois 10 mètres carré pour nous deux, qu'un loft avec Mad dans les parages. Désolé Bro, j'te ferai un résumé plus tard. Dans la voiture, nos regards se cherchent, des sourires se délient, une envie réciproque et palpable de se sauter dessus se faire sentir... Bon sang, si j'avais eu ma voiture, je ne suis pas certain qu'on serait arrivé un jour jusqu'au lit.

" Arrête de m'bouffer des yeux comme ça... "

Lançais-je, joueur, provocateur, à Mack, avec l'envie profonde de voir sa réaction, sans me soucier une seule seconde du conducteur à l'avant. Il a du en voir d'autres non ? C'est pas deux jeunes qui se cherchent qui vont choquer un taxi New-Yorkais j'imagine.



HANSKA.


"nobody else above you"
i hate you i love you, i hate that i love you. don't want to, but i can't put nobody else above you. i hate you i love you, i hate that i want you. you want her, you need her. and i'll never be her...♛ by endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
DUO DU MOIS ✰ membre des bêta thêta pi
DUO DU MOIS ✰ membre des bêta thêta pi
Voir le profil de l'utilisateur http://www.we-are-columbia.com/t229-mackenzie-clarkson-camila-morrone http://www.we-are-columbia.com/t420-let-me-love-mackenzie http://www.we-are-columbia.com/t428-mackenzie-clarkson-554-269-72#3220

Je suis arrivé(e) à New York le : 25/03/2017 . J'ai donné : 538 mails. J'ai : 22 Je gagne : 993
Re: petite erreur, lourdes conséquences. (mackden), Mar 11 Avr - 22:40






jaden & mackenzie


“ L'amour vit l'instant présent, ne se retourne pas sur le passé ni ne s'inquiète de l'avenir. L'amour c'est maintenant ! ”

Evidemment, je suis satisfaite et je souris comme une débile, surtout qu'il ne peut pas me voir. Je suis super fière de moi. Bon d'accord, je suis un peu fière de lui aussi. Je sais que je lui en demande beaucoup. Je pense que s'il fait autant d'effort, c'est parce qu'il sait que je ne suis pas certaine de m'en rappeler demain au réveil. En tout cas en attendant, j'en profite un maximum. Lui aussi. Finalement, il arrive à capturer mes lèvres et j'avoue que je n'ai aucune envie de m'éloigner des siennes. Je m'y accroche que comme ma vie en dépendait, comme si d'un instant à l'autre on pouvait me l'enlever. Sauf que je sais qu'il va rester Jaden. Il n'a pas d'autre choix. Je le veux et je sais qu'il en a envie également. Pour une fois qu'on est d'accord sur quelque chose. Je ne mets que quelques minutes avant de lui demander de rentrer. J'ai pas forcément envie de me donner en spectacle. J'ai pas envie de partager Jaden. Et je ne suis pas sûre de réussir à contrôler mes pulsions encore bien longtemps. Je plonge mon regard dans le sien et je lui fais comprendre que c'est ce que je veux vraiment et qu'il a plutôt intérêt à me suivre s'il veut obtenir quelque chose de ma part. Il accepte. Il déposait un nouveau baiser sur mes lèvres et pour une fois, on a vraiment l'air d'un couple. Je crois qu'on a pas jamais été un plus que ce soir, même lorsqu'on était réellement ensemble. Il me prend ma main me conduit jusqu'à l'extérieur et on ne s'engueule pas, on s'embrasse, on reste proche. C'est presque comme dans un conte de fées et ce, jusqu'à ce qu'il me balance cette phrase qui me fait lever les yeux au ciel.

" Digne d'une princesse ! "

Rétorquais-je avec ironie en souriant légèrement. Qu'est-ce que vous voulez que je vous dise ? Je n'ai pas le permis, il n'a pas de voiture et Maddox a dû prendre la sienne pour sortir je ne sais où avec je ne sais quelle fille. D'ailleurs, ça me surprend de savoir que Jaden a pu venir ce soir sachant qu'ils sont toujours collés l'un à l'autre ces deux-là. Je crois qu'on pense à la même chose parce que quand le taxi arrive, il me parle de ma chambre universitaire parce qu'il n'a pas envie de croiser Maddox. A vrai dire, je crois qu'aucun de nous n'a envie de savoir ce qu'il penserait de tout ça. Des coups, des voix qui montent, des insultes, une morale sans fin... non, faut pas qu'on croise mon frère ce soir. Ni demain. J'espère que Jay va savoir tenir sa langue pour le coup. Je lui fais un beau doigt d'honneur en passant devant lui pour monter la première dans la bagnole.

" Tu seras bien content de la trouver ma chambre de bonne chéri ! "

C'est vrai au pire, on rentre chacun de notre côté. Je suis sûre que je trouverai bien un charmant jeune homme prêt à assoupir le moindre de mes désirs sur le campus... ça, je le garde pour moi parce que je sens qu'on va se prendre la tête si je commence à déconner sur le sujet et j'ai déjà mal au crâne, pas besoin d'en rajouter une couche. Je donne l'adresse au chauffeur et je lance un regard à Jaden qui ne me lâche plus des yeux comme si je pouvais m'évaporer en l'espace d'une seconde. Le pire, c'est que c'est lui qui ose me faire une remarque suite à cela. Ok, c'est vrai que j'arrête pas de le regarder mais si c'est comme ça...

" Ok...! "

Soupirais-je d'un air innocent en détournant les yeux vers la fenêtre. J'observe le paysage qui défile sous mes yeux mais, je décide de le provoquer quand même parce que c'est plus fort que moi et que j'aime bien l'embêter. Je pose donc ma main contre sa cuisse, je fais monter mes doigts le long de celle-ci, j'exerce une légère pression avant je redescend et je continue juste pour bien le saouler.

HANSKA.


PRINCESS M ✰ So baby pull me closer in the backseat of your Rover That I know you can't afford Bite that tattoo on your shoulder Pull the sheets right off the corner Of the mattress that you stole© endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
DUO DU MOIS ✰ membre des lambda nu
DUO DU MOIS ✰ membre des lambda nu
Voir le profil de l'utilisateur http://www.we-are-columbia.com/t546-jaden-howard-bailey-sondag http://www.we-are-columbia.com/t695-so-baby-pull-me-closer-in-the-backseat-of-your-rover-jaden http://www.we-are-columbia.com/t702-jaden-howard-554-619-135#7125

Je suis arrivé(e) à New York le : 30/03/2017 . J'ai donné : 278 mails. J'ai : 25 Je gagne : 800
Re: petite erreur, lourdes conséquences. (mackden), Jeu 13 Avr - 20:19






mackenzie & jaden


“ L'amour vit l'instant présent, ne se retourne pas sur le passé ni ne s'inquiète de l'avenir. L'amour c'est maintenant ! ”

Cette relation, cette situation, ces quelques minutes tous les deux dehors, à se chercher du regard,  à s'embrasser, à se provoquer, ça me rappelle tellement ce qu'on vivait ensemble avant que j'fasse le con. En mieux. Oui en mieux parce qu'à ce moment précis, on n'est pas ensemble, on en a tous les avantages sans les inconvénients. Autant elle que moi, j'ai l'impression qu'on a juste envie de profiter de ce moment, de se retrouver physiquement et qu'on verra tout le reste par la suite. Parce que ouais, il va y en avoir du reste...

" T'as jamais chercher un prince que j'sache. "

Rétorquais-je sur le même ton qu'elle, un ton taquin, un ton narquois. Non, elle n'a jamais voulu un prince charmant qui étale des roses sur le lit et débarque en costume trois pièces pour servir le repas. Ca la ferait bien trop chier. Ca manquerait de piquant, de vivant, d'étincelle. Et je suis tout à fait d'accord. Le côté fleur bleue ? Très peu pour moi. Là dessus aussi, on s'entendait parfaitement.

" Et toi tu seras bien contente de remplir ton lit avec moi, bébé. "

Bébé. Comme si je l'avais déjà appelé comme ça, mis à part pour m'foutre de sa gueule en public comme je viens de le faire à l'instant en montant dans la voiture. J'en profite d'ailleurs, en lançant cette phrase, pour la ponctuer d'une claque sur les fesses de la jeune fille. Aller monte, princesse en carton, on a des affaires à régler... Je grimpe à ses côtés, la cherchant tant et plus des yeux, une envie irrépressible de lui sauter dessus, de faire valser ses vêtements et de... Enfin bref, bonjour m'sieur le chauffeur. Mais bien sur, je ne peux pas m'arrêter là. C'est plus fort que moi. Je suis obligé de la dévorer des yeux, obligé de la provoquer par les mots, obligé de faire constamment brûler cette étincelle que j'avais éteinte d'un seau d'eau il y a quelques mois. Je suis sobre, moi, bordel ! Est-ce que vous réalisez une seconde dans quelle situation je suis ? Dans un Uber pour aller chez mon ex et passer la nuit avec elle alors qu'elle était prête à me pendre de ses propres mains quand elle m'a vu à New-York ? Je ne sais pas si c'est un rêve ou le début d'un cauchemar mais je sais que je ne veux pas perdre une miette de ce que cette soirée a à m'offrir. Je veux tout prendre, je veux tout mettre de mon côté pour la convaincre, demain, une fois l'alcool redescendu que, non, ce n'était pas une erreur. Je continue donc ma petite provocation, provocation à laquelle elle réagit de la meilleure de manière. Ses mots laissent place au silence, mais ses mains agissent. Sa main vient frôler ma cuisse, tout en délicatesse, remonte le long de cette dernière et entraine avec elle un courant électrique que je ne ressens que très rarement. Je la regarde, ou plutôt je tente de décrocher mon regard de ses doigts pour retrouver ses yeux. Elle s'amuse. Elle joue. Qu'est-ce que j'aime la voir dans cet état d'esprit.

" P'tite joueuse... "

Dans un murmure, ce son sort de mes lèvres, le regard toujours aussi taquin envers la jeune fille. Elle cherche ? Autant chercher moi aussi. Je me rapproche alors légèrement d'elle, fais à mon tour glisser ma main sur sa cuisse, du bout des doigts, jusqu'à frôler le mince tissus qui lui sert de robe. Ma main ne tarde pas à passer sous ce fameux tissus pour transmettre de plus près les sensations attendues à Mack. Je la regarde. Je ne la lâche pas des yeux. Et je joue. Je frôle, j'effleure, sans jamais dire un mot de plus. Je serai bien allé plus loin mais le brave garçon à l'avant -putain encore lui- vient briser ce silence de circonstance pour nous dire qu'on est arrivé. Bon ça va, il ne parle pas de la pluie et du beau temps, il dit quelque chose d'intelligent. Un sourire poli aux lèvres, je le remercie, sors de la voiture et tiens la porte à la jeune femme. Non, je ne me suis pas découvert un côté galant. C'était juste la meilleure position à avoir pour l'attraper dans mes bras directement après avoir fermé la porte et venir la plaquer contre le portail qui nous sépare encore de cette fameuse résidence universitaire. Bloquée entre mes bras et la grille, elle ne peut pas aller bien loin, Mack.

" Alors ? T'as le courage d'aller jusqu'à ta chambre ? "

Je me mords la lèvre, je me rapproche d'elle, mon souffle sur son visage, mes yeux guettent ses lèvres. Si elle ne m'en empêche pas, c'est moi qui vais avoir du mal à tenir jusqu'à la chambre...

HANSKA.


"nobody else above you"
i hate you i love you, i hate that i love you. don't want to, but i can't put nobody else above you. i hate you i love you, i hate that i want you. you want her, you need her. and i'll never be her...♛ by endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
DUO DU MOIS ✰ membre des bêta thêta pi
DUO DU MOIS ✰ membre des bêta thêta pi
Voir le profil de l'utilisateur http://www.we-are-columbia.com/t229-mackenzie-clarkson-camila-morrone http://www.we-are-columbia.com/t420-let-me-love-mackenzie http://www.we-are-columbia.com/t428-mackenzie-clarkson-554-269-72#3220

Je suis arrivé(e) à New York le : 25/03/2017 . J'ai donné : 538 mails. J'ai : 22 Je gagne : 993
Re: petite erreur, lourdes conséquences. (mackden), Jeu 13 Avr - 21:37






jaden & mackenzie


“ L'amour vit l'instant présent, ne se retourne pas sur le passé ni ne s'inquiète de l'avenir. L'amour c'est maintenant ! ”

Jaden n'a rien d'un prince charmant. C'est pas un mec droit, qui pense à son avenir, consacre son temps à trouver la femme de sa vie pour construire une famille et subvenir aux besoins de cette dernière. Il ne s'exprime pas comme quelqu'un de la haute, il ne sort pas uniquement dans des endroits branchés, il est plutôt accessible voire même très accessible. Il n'est pas vêtu d'un costume trois pièces tout au long de l'année et son langage laisse souvent à désirer. Non, je ne sortais pas avec un prince charmant et je n'ai jamais recherché ce dernier parce qu'en grandissant, j'ai vite compris qu'il n'hésitait pas. Mon frère, quant à lui, n'a mis que peu de temps avant de réussir à me mettre en tête que tous les hommes étaient pareils : imbus de leur personne. Je pourrais leur trouver tout un tas de défauts, comme je peux en trouver à Jaden d'ailleurs mais, pas ce soir.

" Peut-être bien que si... "

J'hausse les épaules et je lui passe devant pour grimper dans la voiture parce que je sais très bien qu'il est loin d'être gentleman et que si je ne prends pas les devants alors, il va monter comme si de rien était et je vais devoir passer après. Aller quoi, fais les choses bien pour une fois Howard ! Apparemment, c'est trop lui demander. Il critique ma chambre universitaire, il me fout une claque sur les fesses et se fout de ma gueule devant le pauvre chauffeur qui n'a rien demandé à personne.

" Tu vas dormir sur le tapis tu vas rien comprendre ! "

Je lui tire la langue comme une gamine mécontente et je donne l'adresse exacte au monsieur du taxi pour qu'il nous dépose à bon port. En chemin, je peux pas m'empêcher de chercher Jaden. Je le regarde en souriant et ce, jusqu'à qu'il me demande d'arrêter. Je fais comme si cela je m'atteignais pas le moins du monde et je regarde par la fenêtre le paysage qui défile sous mes yeux. Mais voilà, ça serait trop facile d'abdiquer de la sorte alors, je pose ma main sur sa cuisse que je caresse délicatement d'un air innocent. Après quelques secondes, je tourne enfin la tête vers lui et je lui souris comme si de rien était. Il me traite de petite joueuse alors, j'arrête et je le questionne du regard. Quoi ? Moi ? Non mais déjà, j'ai rien fait ! A son tour, il passe sa main sur ma cuisse mais va jusqu'à passer en dessous de ma robe et je me mords la lèvre pour ne pas rigoler. Je le laisse faire sans pour autant pouvoir faire abstraction de mon coeur qui s'emballe et je me concentre sur ma respiration, détournant le regard comme si cela m'affectait peu. Putain, des vrais gosses, je vous jure ! Le chauffeur décide de mettre fin à tout cela et dès qu'il ouvre la bouche, je me décale légèrement pour agrandir l'espace entre Jaden et moi. L'image de la petite fille sainte et parfaite, j'y tiens quand même un minimum à New York. Je lui souris et alors que Jaden sort de la voiture, je sors quelques billets que je tends au monsieur qui a eu l’amabilité de nous ramener -parce que Jay, c'est vraiment le gars le plus je m'en foutiste que je connaisse. Ouais dans les moments, rien à foutre de sa fierté hein, il me laisse payer !

" Merci beaucoup, gardez la monnaie ! "

Je lui laisse tout non seulement parce que je suis sûre que cette situation l'a mis mal à l'aise, que moi-même je me sens pas très fière actuellement et aussi parce que je ne veux qu'une chose, c'est sortir de cette voiture et finir ce que j'ai à faire. Jay me tient la porte et je me demande ce qu'il a derrière la tête quand je descend de la voiture. J'ai pas le temps de comprendre quoique ce soit que je me retrouve plaquer contre la grille de la résidence université. Son regard joueur me fait craquer et je ne peux pas m'empêcher de sourire en dévorant ses lèvres du regard.

" Je sais pas... t'as vraiment envie que tout le campus assiste au spectacle ? "

Parce que moi, je suis sûre qu'y a plein d'étudiants en train de fumer leur clope par la fenêtre ou simplement de profiter de la douceur de cette nuit. Je viens jouer avec le bas de son tee-shirt tout en rapprochant mes lèvres des siennes. Finalement, elles viennent exercer une pression comme si elles brûlaient d'impatience de goûter une nouvelle fois à ses lèvres et ma langue arrive à se frayer un passage jusqu'à ce que je le pousse légèrement. Alors, je romps tout contact avec sa petite personne et je m'éloigne en direction des marches. J'avance avec fierté, heureuse d'avoir réussi mon coup. Je retire mes talons sans me retourner, me contentant de crier :

" P'tit joueur... "

Je rigole et une fois arrivée en haut, je cherche les clés de ma chambre que j'ai planquer dans mon soutif parce que dieu seul sait tout ce que l'on peut trouver dans le soutif d'une fille quand elle part en soirée !

HANSKA.


PRINCESS M ✰ So baby pull me closer in the backseat of your Rover That I know you can't afford Bite that tattoo on your shoulder Pull the sheets right off the corner Of the mattress that you stole© endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
DUO DU MOIS ✰ membre des lambda nu
DUO DU MOIS ✰ membre des lambda nu
Voir le profil de l'utilisateur http://www.we-are-columbia.com/t546-jaden-howard-bailey-sondag http://www.we-are-columbia.com/t695-so-baby-pull-me-closer-in-the-backseat-of-your-rover-jaden http://www.we-are-columbia.com/t702-jaden-howard-554-619-135#7125

Je suis arrivé(e) à New York le : 30/03/2017 . J'ai donné : 278 mails. J'ai : 25 Je gagne : 800
Re: petite erreur, lourdes conséquences. (mackden), Ven 14 Avr - 18:11






mackenzie & jaden


“ L'amour vit l'instant présent, ne se retourne pas sur le passé ni ne s'inquiète de l'avenir. L'amour c'est maintenant ! ”

Je viens pas pour dormir. "

Voilà la seule chose que j'avais à dire avant d'entrer juste derrière elle dans la voiture et commencer ce petit jeu qui avait pour unique vocation que de faire monter encore un peu la température, la tension entre nous. Et ça a parfaitement marché. Les caresses, les doigts qui se frôlent, les corps qui s'échauffent, les regards qui se cherchent. On est tellement bons tous les deux à ce genre de jeux là. On aime tellement ça en même temps. On y a tellement joué, on les a tellement pratiqué l'un avec l'autre. Notre relation n'a toujours été que jeu. C'était sentimentalement bien plus sérieux que ce que l'on imaginait tous les deux d'ailleurs. Mais le jeu, on le maitrisait et je suis ravi de voir qu'on le maitrise encore aujourd'hui. Chauffeur payé et remercié, nous nous retrouvons donc à l'entrée des résidences universitaires, nos corps plus proches que jamais, mes mains exerçant une certaine pression pour la maintenir près de moi. Je ne peux que lâcher un rire face à sa réponse à ma provocation et rétorque :

" Tu penses vraiment que c'est ça qui va m'arrêter ? Faut être généreux avec ses fans quand on est aussi doué dans un domaine... "

Prétentieux et exhibitionniste, je sais. Vous me détestez de plus en plus hein ? Ou alors je vous fais fantasmé, au choix. Désolé pour vous, je vais être occupé avec un autre fantasme ce soir, je pense... Fantasme ambulant qui semble se laisser aller encore une fois, réduire ce maigre espace entre nous et plaquer ses lèvres aux miennes. Je ne me fais bien sur pas prier pour faire durer ce baiser, cet échange presque charnel au vu du niveau de désir que nous avons tous les deux. Mais ça aurait été la connaître... En effet, elle coupe brutalement ce moment, en s'extirpant de mon emprise, en me laissant sur mon goût de trop peu. Mais elle arbore sur ses lèvres qui m'attirent tant un sourire provocateur, malicieux, que j'aime encore plus. Comment lui en vouloir de briser l'instant quand je sais qu'elle va en créer un autre encore plus intéressant. Je souris à sa réplique, carrément inspiré de la mienne et m'élance à sa poursuite, sans répondre quoi que ce soit de spécial. Il faut savoir se taire des fois, ne pas toujours vouloir avoir le dernier mot et se contenter d'agir. Je ne tarde pas à la rattraper d'ailleurs. Ses traces m'ont mené jusqu'à la porte de sa chambre, qu'elle semble avoir du mal à ouvrir. Je viens tout naturellement me coller à elle, dans son dos et lui murmurer à l'oreille :

" Bah alors, on est perturbé ? On trouve plus le trou ? "

Comprendra qui pourra, les sous entendus et la délicatesse sont de mise. Hé, je suis Jaden Howard ou pas ? Va falloir vous y faire. Elle s'y est très bien faite, Mack. Elle en redemande même. Et Hallelujah, elle finit par réussir à ouvrir cette porte. Ces quelques secondes m'ont paru interminables, c'est fou. Je n'en perds d'ailleurs pas une de plus à étudier la déco ou le rangement, ce sont clairement les derniers de mes soucis, de mes préoccupations. Ma seule et unique préoccupation ce soir, c'est elle. Pour une fois que je peux le penser, le dire et le faire, sans m'en prendre plein la gueule... Un large sourire vient étirer mes lèvres quand mon regard croise le sien alors que je referme la porte derrière moi. La voilà, notre bulle. Notre vraie bulle. Notre monde. Notre intimité. Là où personne ne viendra briser le moment. Je devrais parler, la chercher, la provoquer, faire mon emmerdeur, le mec arrogant de service. Mais je n'en ai même pas la force. Même pas l'envie. Ma seule envie est de la prendre contre moi, l'attirer dans mes bras, l'embrasser comme si c'était la dernière fois. Glisser mes mains sous ce tissu, sur sa douce peau, faire valser à travers la pièce la robe en trop entre nous. Et c'est exactement ce que je fais. Exactement. Mackenzie Clarkson, ce soir, tu es à moi et je ne compte pas te laisser t'échapper.

HANSKA.


"nobody else above you"
i hate you i love you, i hate that i love you. don't want to, but i can't put nobody else above you. i hate you i love you, i hate that i want you. you want her, you need her. and i'll never be her...♛ by endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
DUO DU MOIS ✰ membre des bêta thêta pi
DUO DU MOIS ✰ membre des bêta thêta pi
Voir le profil de l'utilisateur http://www.we-are-columbia.com/t229-mackenzie-clarkson-camila-morrone http://www.we-are-columbia.com/t420-let-me-love-mackenzie http://www.we-are-columbia.com/t428-mackenzie-clarkson-554-269-72#3220

Je suis arrivé(e) à New York le : 25/03/2017 . J'ai donné : 538 mails. J'ai : 22 Je gagne : 993
Re: petite erreur, lourdes conséquences. (mackden), Ven 14 Avr - 19:23






jaden & mackenzie


“ L'amour vit l'instant présent, ne se retourne pas sur le passé ni ne s'inquiète de l'avenir. L'amour c'est maintenant ! ”

On sait tous les deux qu'il ne se contente pas de me ramener chez moi. On sait très bien qu'il ne va pas tout simplement dormir sur le canapé après d'être occupée de moi parce que je suis incapable de marcher droit. Non, on sait tous ce qui va se passer ce soir-là, on sait parfaitement ce qui va se dérouler dans ma chambre universitaire. Je me contente de sourire parce que je sais qu'il a raison. Je souris tout le long du chemin d'ailleurs parce que ça fait du bien de pouvoir échanger sans pour autant se gueuler dessus. C'est différent des autres fois. C'est comme avant et j'ai envie d'en profiter. Surement parce que tout au fond de moi, je sais ce qui va se passer et que j'en ai envie. Oui, j'ai peut-être besoin de ça pour pouvoir tourner la page. A vrai dire, je ne réfléchis pas tellement, je suis trop occupée tout le long du trajet pour penser à cela. Jaden ne me laisse pas une seconde de répit et ce, même lorsque nous sommes descendus de la voiture. Il dit qu'il s'en fout des autres, de ses fans comme il les appelle et moi et bien, ça me fait rire.

"Oh et donc, ça ne te dérangerait pas de me partager avec le reste du campus ? Je sais pas vraiment comment je dois le prendre....! "

Je grimace légèrement avant de me jeter de nouveau sur ses lèvres pour faire diversion. J'arrive finalement à me débarrasser de son emprise et je peux regagner ma chambre en toute tranquillité, Jaden sur mes pas. Moi, je n'ai jamais été du genre à prêter. Je suis assez possessive comme fille même si je tente de le cacher. Je pense que Jay l'a compris le jour où je l'ai largué parce qu'il a eu le culot d'aller voir ailleurs. A de nombreuses reprises, j'ai eu envie de lui demander si c'était la première fois qu'il me faisait un coup pareil or, je n'ai jamais eu le courage de lui poser la question. Sans doute parce que je serais encore plus énervée et dégoûtée s'il me disait que oui. Or ce soir, je l'ai rien que pour moi et ça, ça me rend heureuse sur le coup. Assez rapidement, j'arrive à mettre la main sur mes clés mais j'avoue que je galère à ouvrir la porte. Mes talons dans une main, je suis pourtant concentrer pour réussir du premier coup or, il semblerait que l'alcool me joue des tours. La serrure est beaucoup plus petit que ce que je ne m'imaginais... A moins que ça ne soit pas la bonne. Evidemment, Jaden me taquine et je sens son souffle dans mon dos, ce qui me fait frisonner.

" Laisse-moi me concentrer sale pervers ! "

Je lève les yeux au ciel d'un air désespéré bien que dans le fond, je m'y sois faite à ses remarques déplacées. C'est pas comme si ça ne lui ressemblait pas. Ce n'est pas comme si je ne connaissais pas Jaden. Il est toujours comme ça et, ça me plaît. C'est de cette facette de la personnalité que je suis tombée amoureuse également. J'arrive à ouvrir la porte et j'ai à peine le temps de laisser tomber mes chaussures et de me retourner vers lui qu'il a déjà refermé la porte derrière nous.

" Je te ferais visiter plus tard ! "

Je souris et il m'attire contre lui, me prend dans ses bras, m'embrasse et je réponds à chacun de ses baisers avec toujours plus d'entrain et d'envie. Ma robe se retrouve assez rapidement de l'autre côté de la pièce et je passe mes mains sous son tee-shirt pour le lui retirer, brisant quelques secondes à peine le contact qui nous unie. Mes doigts parcourent le moindre centimètre de sa peau, dessine le contour de ses muscles que je redécouvre petit à petit. Autant j'ai l'impression que c'est la première fois, autant j'ai l'impression qu'on nous ne nous sommes jamais quittés. Y a plus rien qui compte si ce n'est le moment présent. Y a plus de pensées, juste des gestes. Mes lèvres ne veulent plus se défaire des siennes et mes mains viennent machinalement retirer les boutons de son jean tandis que mon sang ne fait qu'un tour dans mes veines. L'envie, le désir, l'impatience, l'amour, l'alcool... tout un tas de sensations qui se mêlent les unes aux autres et qui font de moi une autre personne. Quelqu'un qui se fout de tout et souhaite uniquement profiter de l'instant qui lui est offert.

HANSKA.


PRINCESS M ✰ So baby pull me closer in the backseat of your Rover That I know you can't afford Bite that tattoo on your shoulder Pull the sheets right off the corner Of the mattress that you stole© endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
DUO DU MOIS ✰ membre des lambda nu
DUO DU MOIS ✰ membre des lambda nu
Voir le profil de l'utilisateur http://www.we-are-columbia.com/t546-jaden-howard-bailey-sondag http://www.we-are-columbia.com/t695-so-baby-pull-me-closer-in-the-backseat-of-your-rover-jaden http://www.we-are-columbia.com/t702-jaden-howard-554-619-135#7125

Je suis arrivé(e) à New York le : 30/03/2017 . J'ai donné : 278 mails. J'ai : 25 Je gagne : 800
Re: petite erreur, lourdes conséquences. (mackden), Ven 14 Avr - 20:06






mackenzie & jaden


“ L'amour vit l'instant présent, ne se retourne pas sur le passé ni ne s'inquiète de l'avenir. L'amour c'est maintenant ! ”

La partager ? Hors de question. Je ne l'ai jamais partagé, et même quand elle n'était plus concrètement à moi, je refusais de la partager. Ce n'est donc pas aujourd'hui que ça va changer. Mais je ne vois pas tout à fait les choses comme elle sur le moment. Je ne sais pas si je vais regretter ce que je vais dire ou pas, si elle va apprécier ou pas, mais on ne me changera pas, je dis ce que je pense.

" Tu sais que la pudeur est la dernier de mes soucis... Ils peuvent mater si ça leur fait plaisir, tant qu'il n'y en a pas un qui pose les mains sur toi, ça ne me dérange pas."

Et c'est la vérité. Que les hommes fantasment sur Mack, rêvent d'elle et la voient à moitié nue entre deux couloirs ? Ca m'importe tellement peu, je ne suis pas un de ses jaloux maladifs. Mais qu'un seul l'approche, juste l'approche, et ça sera un tout autre scénario. Mais ce n'est pas le cas pour ce moment, ça ne va pas être le cas ce soir, ce soir elle est à moi. Et même si elle fait mine de s'enfuir après ce furtif baiser, je sais très bien que c'est pour mieux me retrouver après. Je ne tarde donc pas à suivre ses traces, à la taquiner une fois de plus alors qu'elle semble avoir deux mains gauches devant sa porte d'entrée. Si tu trouves pas vite ta serrure Mack, j'vais être obligé de le faire à ta place tu sais...Mais elle l'a trouve, la serrure, enfin. Et nous rentrons dans cette chambre qui va s'avérer devenir notre cocon pour les prochaines heures. Evidemment que tu me feras visiter plus tard, je me contre-fous des détails de cette chambre. Et puis, soyons honnête, on ne va pas mettre trois heures à visiter une chambre en résidence universitaire hein. (je sais ce que je dis, j'y vis depuis quatre ans, rip...)

Et les choses s'accélèrent vite. Faut dire qu'on se fait languir depuis maintenant plusieurs heures, mais surtout depuis plusieurs semaines. Se haïr, se détester, se cracher des insultes à la gueule c'est fatigant mais ça n'en reste pas moins excitant. Qu'est-ce qui est plus excitant que quelqu'un qu'on ne peut pas ou plus avoir ? Quelle est la récompense la plus satisfaisante que d'avoir enfin cette personne ? De l'avoir enfin faite craquer - avec ou sans aide l'alcool - ? De l'avoir entre ses mains pour une soirée entière ? Rien. Rien n'est plus satisfaisant. Surtout quand cette récompense est aussi sexy que Mack. Je ne suis peut-être pas objectif mais soyons honnête quand même... Elle ravirait les hormones d'un aveugle, pour être poli. Enfin bon... Sa robe, mon tee-shirt, mon jean, tous ces tissus arrivent vite au statut de lointains souvenirs et rejoignent le sol en quelques secondes. Ses mains qui frôlent mon corps, qui le dessinent, qui le caressent, me font ressentir... Je ne sais même pas comment décrire ce que je ressens à ce moment là, comment mettre des mots là-dessus ! Un mélange de décharge électrique, de chaleur intense, de force qui me traverse de l'intérieur. Je me sens à la fois vide et rempli des plus belles choses. Je couvre son cou de mes lèvres, lèvres qui glissent petit à petit sur son corps qui semble dessiné au pinceau par un artiste. Elle est parfaite. Physiquement parfaite. Sans cesser mes gestes, je la fais reculer jusqu'à son lit, sur lequel je la pousse pour l'allonger et passer par dessus elle. A moi. Possessif ? Non, à peine. Les derniers vêtements qui couvrent nos corps se retrouvent très vite à subir le même châtiment que leur prédécesseur, laissant la chaleur de nos corps se retrouver. Mes poils se hérissent sur chaque centimètre qui la touche, mon cœur s'emballe, mes mains se serrent sur elle et nous voilà partis tous les deux, dans un autre monde, un monde qui va nous emmener bien plus loin que ce qu'on l'imaginait ce matin en se levant...


HANSKA.


"nobody else above you"
i hate you i love you, i hate that i love you. don't want to, but i can't put nobody else above you. i hate you i love you, i hate that i want you. you want her, you need her. and i'll never be her...♛ by endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Re: petite erreur, lourdes conséquences. (mackden),

Revenir en haut Aller en bas
petite erreur, lourdes conséquences. (mackden)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
Sujets similaires
-
» Petite erreur d'image.
» Une petite détour aux sources [ PV - Hentaï ]
» Petite histoire aux grandes aventures :D
» Une petite histoire ... pour se remonter le moral !
» marc, mon ami, tu as commis une erreur:::

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WE ARE COLUMBIA ::  :: ✰ BROOKLYN :: ✰ CONEY ISLAND :: ✰ MANHATTAN BEACH-
Sauter vers: